RSS
 

Exploring Samoa – D 1 – Getting there

17 Jan 14

Outside Bus 01, Samoa

Outside Bus 02, Samoa

Inside Bus, Samoa

Carnets de voyage (sorry, only in french) :
Attention, il s’agit là uniquement de notes quotidiennes prises au cours de mon périple. Il n’y a rien de réfléchi, comme c’est écrit sur l’instant, donc à prendre avec des pincettes. C’est là uniquement pour les plus curieux qui ne sauraient se contenter des photos.

Vendredi 17 Janvier 2014 :
Cela fait trop longtemps que je ne suis pas parti à l’aventure. Bien trop longtemps. Il est trop facile de se laisser déborder par le quotidien de la vie, crouler sous les occupations et autres engagements…
Initialement prévu comme un voyage à deux avant un changement total de plans, le projet Samoa a bien failli tomber à l’eau. Plus disponible aux dates prévues, billets non échangeables et pris dans une course infernale, c’était à se demander si cela valait le coup de se donner autant de mal pour aller passer quelques jours sur une petite île du Pacifique en pleine saison des pluies et des cyclones. N’ayant jamais excellé en prise de décision, je n’avais pas envie de tourner en rond plus longtemps. Tentons le coup et advienne ce qu’il advienne!
Si il y a quelque chose qui ne change pas au fil des années, ce sont bien mes départs en catastrophe. Toujours à essayer de finir à tous prix avant de sauter dans l’avion, mon interminable liste de choses hautement essentielles à la survie de l’humanité. Heureusement encore qu’avec le temps, j’apprends à mettre en place un système de priorités. Me remettre en forme physiquement en faisait parti. Par contre, étrangement, le déménagement de ma maison s’est terminé au dernier moment par un enchaînement de courtes nuits et autres précipitations. Au point ou j’ai pris l’avion pour Samoa en oubliant de rendre les clefs au propriétaire. Champion!
Et pour ce qui est de la préparation de mon voyage? Visiblement pas si prioritaire que cela, car je m’en suis inquiété le jour du départ. Qu’importe, j’ai un Lonely Planet avec moi ainsi qu’un sac à dos rempli de matériel de survie. Non ma chère voisine, je ne suis pas pire qu’une gonzesse avec mon sac chargé à bloc pour moins d’une semaine. Une gonzesse emmène 3 paires de chaussures et du déodorant. Moi j’emmène deux couvertures de survies et un Leatherman. Et pas de déodorant. Je m’offre là simplement le luxe de pouvoir partir à l’aventure en toute sérénité.
Changement de roue express avant de partir à l’aéroport de Wellington ; parfait timing pour découvrir ma voiture avec un pneu à plat.
Mon avion ne tarde pas à embarquer quand je me lance dans de savants calculs pour réaliser que j’arriverai à Samoa à peine avant la tombée de la nuit. Par conséquence il serait peut être sage de réserver un endroit où dormir, au moins pour ce soir, d’autant que j’en aurais besoin pour prétendre au visa touriste à la frontière. Smartphone, 3G et carte bancaire en action, tout se règle avant même que le moteur de l’Airbus ne ronronne ; c’est quand même beau la technologie.
Désormais il est temps d’éteindre tout cela et de souffler un bon coup. Et respirer.
A peine quelques heures plus tard, me voilà arrivé à destination. La chaleur qui prend au corps en débarquant sur le tarmac de l’aéroport de Faleolo ne laisse aucun doute quand au commencement des vacances. Les locaux me sautant dessus à la sortie du terminal répétant sans le relâche le fameux “Taxi ? Taxi ?”, non plus. Tout va bien, je n’ai pas l’intention de me stresser. Non, je ne prendrai pas un taxi à 60 Tala pour Apia, capitale du pays. Oui je prendrai un shuttle à 25 Tala. Et encore, c’est bien que la nuit est proche, car il aurait été plus sage de prendre un bus à 3 Tala dans l’absolu. Mais bon, allez, on va dire qu’exceptionnellement, ce soir c’est les vacances!
En guise de partenaire de route, une enseignante Néo-Zélandaise s’expatriant à Samoa pour exercer, cela donne des idées.
Et une arrivée au Tatiana Motel qui rappelle étrangement cette loge de Besi Sahar au Népal, où j’avais dormi une nuit d’Octobre 2010. Les énormes araignées en moins, la propreté en plus. Je devrais réussir à vivre avec! Suite à quoi, Morphé n’aura pas mis bien longtemps à m’emporter.

 
2 Comments

Posted in 2014 : Samoa the 17th of January, 2014

 

Tags: ,

Leave a Reply

 
 
  1. Alain

    22 January 2014 at 17 h 45 min

    A quand l’écriture d’un roman avec toutes ces aventures! C’est super de te lire. Bonne continuation…

     
  2. CaYuS

    23 January 2014 at 6 h 07 min

    Merci beaucoup Papa :)
    Un jour peut être quand j’en aurai le courage… !