RSS
 

Exploring Samoa – D 3 – To Sua Ocean Trench

19 Jan 14

To Sua Ocean Trench 01, Samoa

To Sua Ocean Trench 02, Samoa

To Sua Ocean Trench 04, Samoa

To Sua Ocean Trench 03, Samoa

Park, To Sua, Samoa

Butterfly, Namua Island, Samoa

Flower 01, To Sua, Samoa

Flower 02, To Sua, Samoa

Flower 03, To Sua, Samoa

Sunset 01, To Sua, Samoa

Sunset 02, To Sua, Samoa

Carnets de voyage (sorry, only in french) :
Attention, il s’agit là uniquement de notes quotidiennes prises au cours de mon périple. Il n’y a rien de réfléchi, comme c’est écrit sur l’instant, donc à prendre avec des pincettes. C’est là uniquement pour les plus curieux qui ne sauraient se contenter des photos.

Dimanche 19 Janvier 2014 :
La nuit a été divinement relaxante. Pour l’authenticité de l’expérience, j’ai quand même fait en sorte qu’un moustique se retrouve coincé dans ma moustiquaire, histoire que toutes ces aventures ne soient pas que idylliques, sinon j’aurais manqué en crédibilité.
Le petit déjeuner m’offre l’occasion de continuer ma découverte des spécialités locales. Cela dit ne me demandez pas de quoi il s’agit ou ce qui se mange ou pas, par principe de précaution, je pratique la technique du cochon. Et par définition, tout est bon dans le cochon. Donc je mange tout, peau comprise, et je savoure.
Mes compagnons d’un jour auront tenu parole, et c’est dans la plus grande gentillesse Samoano-Belge que j’ai le droit à un service de chauffeur particulier tout confort pour me conduire à ma prochaine étape : To Sua Ocean Trench. Arrivé le premier sur les lieux, j’ai le plaisir de profiter de cette géante piscine naturelle, telle un cratère dans l’océan, pour moi tout seul.
Quelques touristes casse-cous armés de GoPros viennent rapidement se joindre aux festivités pour réaliser quelques pirouettes aquatiques. Ce qui tombe bien, cela me permet de me servir de leur expérience pour savoir là où il est sécurisé de plonger. Après tout c’est dimanche, je remballe mon courage et je vais éviter de sauter du mauvais côté de la falaise le jour du Seigneur! On m’avait prévenu qu’à Samoa le dimanche est sacré, en tant que jour de repos à respecter au maximum. Qu’est-ce qui ne me dit pas qu’ils ne se reposent pas dans les hôpitaux également! C’est à considérer mine de rien…
Quoi qu’il en soit, après l’effort le réconfort. Car c’est quand même éprouvant de patauger toute une matinée dans un coin paradisiaque ; je m’endors donc à l’abri d’une fale pour quelques heures.
La vue imprenable sur l’océan et le coucher de soleil en perspective me motivent à dormir sur place ce soir. Seul problème, la propriétaire des lieux m’avait informé au préalable qu’elle n’avait pas de couchage disponible en ce moment. Je retourne donc la voir en essayant de négocier la situation à mon avantage. “Ne vous inquiétez pas ma petite dame, j’ai tout ce dont j’ai besoin sur mon dos, que ce soit pour manger ou dormir, je recherche juste un abri en cas de pluie. La fale là bas sera parfaite!” Confuse, elle finit par accepter en annonçant un prix de 40 Tala, tout en me disant qu’elle reviendra vers moi dans la journée. C’est deux fois plus que ce que j’étais prêt à mettre pour un simple droit de dormir sur ses terres, mais je ne bronche pas. Après tout cela m’arrange bien de pouvoir rester là.
J’ai passé le reste de la journée à lire, prendre des photos, observer les vagues se cassant sur le récif… et me faire manger les pieds par les moustiques. L’authenticité du séjour que je vous disais, l’authenticité!
Après mon dîner porridge, je m’en vais remplir ma gourde au même endroit que ce midi, quand la curiosité me pousse à remonter le tuyau menant au robinet que j’utilise. J’arrive à un système de récupération des eaux de pluie. En soit c’est très bien, d’autant plus que je traite toujours chimiquement l’eau que je bois. Néanmoins n’ayant pas plu aujourd’hui, l’eau stagnante date au minimum d’hier, sans même mentionner la cuve à l’air libre, les animaux commençant à flotter à la surface et la chaleur permanente… par précaution, et vu qu’on est toujours dimanche, je crois que je ne vais pas me risquer une deuxième fois. J’ai encore 2.5 litres d’eau en réserve dans mon autre gourde, j’attendrai bien le prochain village pour refaire le plein!
Il ne me reste plus qu’à profiter du coucher de soleil et me badigeonner d’anti-moustiques pour me préparer à une nuit au grand air. En fait non, je ne vais pas ranger le produit. Je vais le garder à côté de moi pour dormir, quelque chose me dit que je risque d’en avoir besoin.
Alors que je suis sur le point de boucler mon rituel pré-nocturne, la maîtresse des lieux vient à ma rencontre en m’apportant une sélection de toasts à la marmelade, le tout accompagné d’un pichet de thé au citron. Elle en profite pour m’informer qu’il ne m’en coûtera finalement que 20 Tala. Tout cela n’était vraiment pas prévu, mais je ne vais pas m’en plaindre. C’est donc le ventre plein et ma gourde à nouveau remplie que cette fois-ci, je peux aller me coucher pour de bon. Merci l’hospitalité Samoane !

 
2 Comments

Posted in 2014 : Samoa the 19th of January, 2014

 

Tags: , , , , , ,

Leave a Reply

 
 
  1. mctoupet

    15 February 2014 at 16 h 15 min

    J’ai fait le périple à l’envers…. comme lorsque je cherche un super livre… je commence toujours par la fin…….

     
  2. CaYuS

    17 February 2014 at 9 h 00 min

    Ca va, tu n’as pas du passer a cote de trop de suspens :)