RSS
 

Overland Track : Trekking from Cradle Mountain to Lake Saint-Clair

10 Dec 10

A few days to enjoy the unpredictable tasmanian nature.

Quelques jours pour profiter de l’imprévisible nature en Tasmanie.

Forest and Fog, Overland Track, Tasmania

Lake and fog, Overland Track, Tasmania

Wallaby, Overland Track, Tasmania

Mount Ossa in the fog, Overland Track, Tasmania

View from Mount Ossa, 1, Overland Track, Tasmania

View from Mount Ossa, 2, Overland Track, Tasmania

After the rain, Overland Track, Tasmania

Kia Ora Hut, Overland Track, Tasmania

Forest, fog and god rays, Overland Track, Tasmania

Hartnett Falls, Overland Track, Tasmania

Snow on the Overland Track, Tasmania

Tree and wooden path, Overland Track, Tasmania

Sunshine on the Overland Track, Tasmania


Carnets de voyage
(sorry, only in french) :
Attention, il s’agit la uniquement de notes quotidiennes prises au cours de mon periple. Il n’y a rien de reflechi, comme c’est ecrit sur l’instant, donc a prendre avec des pincettes. C’est la uniquement pour les plus curieux qui ne sauraient se contenter des photos.

Dimanche 05 Décembre 2010 : Tasmanie ! Même si pour le moment je suis encore loin de la pleine nature, ça sent déjà meilleur qu’à Sydney. Dimanche fin d’après midi, tout est fermé à Hobart où je viens d’atterrir, ou presque, il me faudra donc attendre demain pour voir les réservations de bus et autres provisions à faire. Idéalement je pourrai partir en suivant, mais comme j’organise tout plus ou moins au dernier moment faute de mieux, je ne suis sûr de rien. Surprise !

Lundi 06 Décembre 2010 : Par chance en ce début de saison touristique, tout n’est pas encore complet. Après avoir fait des provisions, j’ai donc pu sauter dans un bus pour Devonport. J’y passe la nuit et demain j’aurai une connexion pour rejoindre Cradle Mountain, point de depart de l’Overland Track. Il s’agit de la randonnée la plus populaire en Tasmanie, se faisant normalement en 7 jours et traversant 80km de forêts, lacs et montagnes. Avec les treks secondaires, cela peut monter à 110 km de balade. Je ne sais pas comment je me suis débrouillé, mais j’ai réservé mon retour pour dimanche, ne me laissant que 6 jours de marche. Et forcement, j’ai envie de faire certains des treks secondaires, car c’est bien souvent là que c’est le plus joli, quand on sort des sentiers battus. Néanmoins tout n’est pas perdu. D’une je suis bien motivé et j’espère réussir à garder cette motivation même si je pars une fois de plus en solitaire. Et de deux, je pars avec un sac de 22/24kg, ce qui veut dire que j’ai plus de nourriture que nécessaire. Au menu, on retrouve la sélection du chef. Petit déjeuner thé au lait avec miel et 250gr de muesli. Midi 100gr de fromage, 30gr de salami, 100gr de crackers et 300gr de mon fidèle mix de cacahuètes et raisins secs. Et au soir, repas lyophilise (poulet, riz, pâtes et légumes) avec 75gr de cookies. Plus au cours de la journée 3 bars de céréales et deux barres de fruits secs. Avec tout ça, il n’y a plus qu’à espérer que le temps ne soit pas trop chaotique, et j’espère bien atteindre mes objectifs. Premières impressions demain soir…

Mardi 07 Décembre 2010 : Quel temps de merde ! Et je retiens mes mots. Le bus m’a déposé à Cradle Mountain à 12h. Le temps d’enregistrer mon trek auprès du Visitor Centre et de manger un casse-croute, j’étais parti vers 13h. Depuis, il n’a pas arrêté de pleuvoir un instant. En bonus, du vent à en perdre l’équilibre et une visibilité réduite. Assez bonne malgré tout pour ne pas se perdre, mais pas assez pour profiter du paysage. Ce qui est dommage, ça enlève du fun à la balade. J’avais prévu de monter un sommet aujourd’hui, mais dans ce genre de conditions, j’ai continué ma route. D’une car faire une ascension sans pouvoir profiter de la vue, ça fait quand même mal aux fesses, mais surtout car c’est trop dangereusement glissant pour être raisonnable. Du coup, je me suis contenté de la première étape entre Ronny Creek et Waterfall Valley ; 10km en 3h. Je ne parlerai pas du paysage que je n’ai pas vu, mais ça avait l’air assez joli. Le chemin est plutôt boueux mais très bien balisé et aménagé, donc pour le moment ça se fait tout seul. Je n’avais pas prévu, mais étant trempé de la tête aux pieds et vu que lorsque je suis arrivé, le refuge était entièrement vide, je dormirai entre quatre murs ce soir. On est sensé avoir du salle temps pour encore deux jours, avec espoirs d’éclaircies en suivant. J’avoue que tout ceci me motive à abattre de la distance tant qu’il pleut et me laisser le temps de profiter quand le soleil sera de retour. S’il revient.

Mercredi 08 Décembre 2010 : Le temps continue sur sa lancée ; toujours pluvieux, toujours venteux, et toujours peu de visibilité. Par moment il y a quelques éclaircies mais ça ne dure jamais plus de quelques minutes. Après réflexion, ce n’est néanmoins pas plus mal. Ce trek est hyper aménagé avec de nombreuses plateformes en bois. Avec de telles conditions climatiques, nombreux sont les chemins inondés et boueux. C’est comme si dame nature reprenait ses droits sur ce qui lui appartient. Cela ramène le côté sauvage et aventure qui manquerait vite le cas contraire. D’ailleurs c’est le premier trek que je fais où je suis en permanence trempé de la tête aux pieds. Je pense que mon matériel n’est plus aussi résistant que lors de mes premières expéditions, mais aussi avec la quantité d’eau qui tombe, toute protection arrive rapidement à saturation. Parti de Waterfall Valley à 7h30 ce matin, j’ai fait une pause repas d’une heure à Windermere sur les coups de 9h30 et j’ai continué sur la deuxième étape pour me retrouver au refuge de Pelion à 14h30. Soit environ 24km. Je ne continue pas plus loin pour aujourd’hui, car d’une je suis malgré tout fatigué de la balade, et de deux, avoir les pieds dans l’eau aussi longtemps ce n’est jamais bon. Crevasses, mycoses et autres plaies qui risquent de s’infecter… ce n’est pas vraiment le genre de choses auxquelles j’aspire. Une fois de plus, je dors sous un toit ce soir ; il y a suffisamment de place pour tout le monde, donc je me laisse tenter et je pense qu’il en sera de même pour la fin du parcours. Pour finir sur une note négative, je me lasse rapidement de voir des touristes ne pas respecter les normes simples pour protéger l’environnement qui sont écrites partout au long de ce trek. Le chauffage dans les refuges ne doit être allumé que si la température tombe en dessous de 10 degrés ; il fait rarement aussi froid en cette saison, mais ça n’empêche pas les gens de l’allumer. Sans parler de tous ceux qui ne respectent pas le chemin balisé de peur de se mouiller un peu plus les pieds… enfin. Pour finir sur une note positive, j’ai vu un wallaby, ce matin, traversant ma route ; cela fait tout drôle de croiser ce cousin du kangourou au beau milieu de sa balade. Allez, un gros dodo de 12h… voire 14h, et espérons que demain sera propice à une belle journée. Ah et j’ai oublié de parler des sangsues ! Que dire si ce n’est que… elles sont voraces les salles bêtes !

Jeudi 09 Décembre 2010 : En voilà une sympathique journée. Au réveil, on pouvait apercevoir d’autres wallabies à quelques mètres du refuge, de quoi vous mettre de bonne humeur de bon matin. Presque pas de pluie, une visibilité qui s’améliore, j’ai donc décollé sur les coups de 7h. A 8h15 au pied du Mont Ossa, le plus haut pic de Tasmanie, 1617m. Sûrement anecdotique vu d’ici, mais j’ai été pris d’une grande motivation de grimper ce gros cailloux et d’aller admirer la vue d’en haut. Il m’aura fallu presque 4h pour faire l’aller-retour, en faisant une pause repas au sommet. Le paysage
en route est assez joli, quand on le voit, car c’est un enchaînement permanent de zones de brouillard et d’éclaircies. Néanmoins, ça en reste un chouette trek secondaire. D’autant plus que le chemin beaucoup moins aménagé, voire absence de chemin et passages rocheux, offre une expérience plus aventurière hors des sentiers battus. Repris la route en suivant, j’ai rejoint Kia Ora hut à 13h20. Soit en tout un peu plus de 6h pour les 15km et 500m d’ascension. Le ranger nous a annoncé qu’il y a des risques de neige pour cette nuit ou demain. Cela promet d’être intéressant. Avec tout ça, moi je ne sais d’ailleurs toujours pas ce que je fais demain. Soit je prévois de finir ce trek dimanche, comme je le pensais, auquel cas je suis parfaitement dans les temps. Soit j’essaye d’attraper le bus samedi midi pour rentrer un jour plus tôt sur Hobart et espérer avoir plus de temps pour organiser ma prochaine aventure, mais cela voudrait dire une longue journée de marche a venir. Je suppose qu’on verra en fonction de la motivation, la météo…
Pour finir sur une touche sangsues (qui mériterait d’être censurée). Au petit matin, j’ai été pris d’une envie de satisfaire un gros besoin naturel. Au milieu de nul part, j’essaye de faire ça bien, je creuse mon trou, je me mets à l’oeuvre et je me nettoie avec quelques feuilles d’arbres ramassées en route. Au moment de recouvrir l’ensemble, je m’aperçois qu’une famille de sangsues était déjà en train de se régaler du festin. Heureusement que j’ai relevé mon popotin juste à temps, je ne veux pas imaginer ce qu’il en aurait été autrement. Erk. Bon sur ce… temps d’aller se reposer.

Vendredi 10 Décembre 2010 : Me voilà déjà de retour sur Hobart, en auberge de jeunesse, aussi surprenant soit il. La journée a été autant longue qu’intéressante. Tout d’abord en terme de météo, ça a été un festival des saisons en l’espace de quelques heures. Vent et pluie torrentielle au réveil, bien automnale. Quelques flocons de neige suivis d’une tempête de neige clairement hivernale. Des fleurs tout au long du parcours annonçant le printemps. Puis au final, des éclaircies et un grand soleil pour nous rappeler qu’au fond… c’est l’été en ce moment en Tasmanie, au cas où quelqu’un en douterait ! A mi-journée, je me suis rendu compte qu’en continuant à ce rythme je pouvais envisager d’attraper un bus pour rentrer sur Hobart le soir-même. Au début, j’ai été un peu déçu “c’est déjà fini !?”, puis j’ai commencé à envisager le dodo au chaud après une bonne douche, et la ma motivation est vite remontée à son plus haut. Une fois de plus, j’ai donc fait une très longue dernière journée de trek. 12h de marche pour boucler les 38 derniers km à travers la forêt boueuse. Je suis parti à 7h ce matin de Kia Ora hut pour arriver à 19h à la très belle, la sublime, que dis-je l’exceptionnelle Cynthia Bay annonçant la fin de l’Overland Track. Note pour plus tard : penser à faire lire mes carnets de voyage à ma soeur… Cynthia. En route, j’ai trouvé une paire de lunettes et un paquets de bombons qui avaient perdus leurs propriétaires. En grand sauveur, je me suis emparé du trésor et par chance, j’ai retrouvé les intéressés au refuge suivant. Cette marque d’attention m’aura valu une bière offerte une fois arrivé à Cynthia Bay. Je n’ai jamais vraiment aimé la bière, mais je dois dire que celle-la était particulièrement bonne ; surement à cause du contexte dans laquelle je la savourais.
Pour finir sur une anecdote, l’Overland Track est un trek qui se parcourt en haute saison uniquement du nord au sud. En début d’après midi, je croise quelqu’un qui marche à contre-sens. Je le regarde bizarrement “Mais monsieur… excusez moi, je crois que vous allez dans le mauvais sens !?”. C’est à ce moment là qu’il m’a dit être le ranger de ce parc. Et au même moment, moi j’aurai bien aimé me faire tout petit le temps de m’esquiver!
Je passerai l’anecdote où des trekkeurs se battaient avec des rats à Echo Point ; définitivement pas un bon refuge où passer la nuit. Pour finir sur une conclusion, je dirai que ce trek, même en quatre jours, vaut la peine d’être fait. De beaux paysages, une richesse climatique et un aménagement qui le rend accessible au plus grand nombre. Qui plus est les installations en bois s’intègrent parfaitement avec l’environnement limitant l’impact des marcheurs sur la nature avoisinante. Au final, c’est comme si on se baladait dans un immense parc japonais soigné à la petite cuillère. Quant aux râleurs dont je fais parti qui recherchent plus d’aventure… la pluie, le vent, la neige, la boue ainsi que les adorables petites sangsues sont là pour nous rappeler à tout moment qu’on est avant tout ici pour s’amuser, dans la joie et la bonne humeur !
De retour sur Hobart à 23h, la réception de la très chouette auberge PickledFrog est malheureusement fermée. J’ai par chance trouvé quelqu’un pour m’ouvrir la porte, donc je pense que je vais attendre le petit matin au chaud sur un canapé. Rien de tel pour commencer à mijoter sur la prochaine balade. Mais avant tout… repos!

 
7 Comments

Posted in 2010/2011 : Greenland to New Zealand, Tasmania the 10th of December, 2010

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

 
 
  1. ed

    11 December 2010 at 14 h 32 min

    p*** c`est joli

     
  2. loloetpierrot

    12 December 2010 at 6 h 35 min

    yo tu es fort le cousin a+ pleins de bises et rien que pour toi
    Pierrot

     
  3. Karine

    12 December 2010 at 18 h 04 min

    Encore une fois, tu me fais régaler avec toutes tes aventures et surtout…les sangsues, arkkkkkk!!! je t’imagines dans toutes tes péripéties et c’est vraiment génial!
    bon vent pour la suite petit frère!!! et euhhh t’as intérêt de trouver une “Karine Bay”, sinon je vais etre jalouse, hihihihi!!!
    gros bisous je t’aime fort

     
  4. Cathie Toupet

    12 December 2010 at 21 h 28 min

    Photos magnifiques …… je crois que de la Tasmanie, il n’y a que le nom qui ne m’est pas étranger…. sinon…. il va falloir que je me cultive un peu plus……
    Inutile de te dire l’éclat de rire dans toute la maison lorsque je lis ta rencontre nocturne avec les sangsues… mdr……j’imagine ta bouille…… tu deviens un vrai pro…..
    Prends soin de toi…. Je t’aime

     
  5. Line

    19 December 2010 at 10 h 40 min

    Kia Ora le cousin,
    un gros becks de Champs sur Marne où nous fêtons le traditionnel “Christmas in advance” avec toute la familia.
    Nous n’avons pas la pluie de Tasmanie mais il neige à très gros flocons et de plus en plus ;-)
    On va froler les 15 cm de neige donc une chance sur 2 d’avoir les transports fonctionnels pour rentrer !
    On pense bien à toi, mamie trouve tes photos magnifiques mais elle dit qu’il faudra couper cette barbichette :-) Prends bien soin de toi et fais attention, pas d’imprudence !!
    Bonne continuation de treks, bientôt l’avennture Kiwi (Nico et Ella ont leur billets, je prends les miens en janvier).
    Beijos de Nico, Ella, Jean-Mi, Lili, Sylou, Dadou, Mouchka, Mamie et moi :-)

     
  6. Tsuyako Aoyama-Miller

    19 December 2010 at 16 h 44 min

    Hi Adrien, hope you have a Merry x-mas and Happy New year, where ever you are… My husband, my dog and I are in Las vegas with our motor home. we will back home in VA after new year. We have visited the Zion NP, but I can’t walk very well yet, so just eojoyed the sceanery.
    Take care
    Tsuyako

     
  7. CaYuS

    20 December 2010 at 3 h 13 min

    ed > J’avoue, c’est assez charmant comme coin.

    loloetpierrot > lol ; non je crois que petit scarabe a encore beaucoup a apprendre… et heureusement !

    Karine > A defaut d’une Karine Bay, je peux toujours te ramener des sangsues a mon retour, si ca te branche… :)

    Maman > Si cela peut te rassurer, avant de me mettre les pieds ici, moi non plus je ne connaissais rien de cette ile australienne. Gros bisous!

    Line > Aloa !
    J’ai pense fort a vous ce week end, j’aurai aime pouvoir festoyer a vos cotes. En esperant pouvoir assurer l’an prochain. Gros bisous a tout le monde, meme si je pense que vous etes deja tous repartis de votre cote. Super pour vos billets neo zelandais ; vous allez vous eclater !

    Tsuyako > Sounds great ! I wish you a merry xmas & new year to both of you. Have a great time :)